Il m’a fait trop de bien pour en dire du mal, Il m’a fait trop de mal pour en dire du bien.

Il m’a fait trop de bien pour en dire du mal, Il m’a fait trop de mal pour en dire du bien. Il m’a fait trop de bien pour en dire du mal, Il m’a fait trop de mal pour en dire du bien. Pierre Corneille Le Dico des citations Les nouvelles citations

– Ma chère mère, je dois vaquer à mes occupations gastro-intestinales. Le traumatisme de ces dernières vingt-quatre heures a mis mes entrailles en révolution

– Ma chère mère, je dois vaquer à mes occupations gastro-intestinales. Le traumatisme de ces dernières vingt-quatre heures a mis mes entrailles en révolution – Ma chère mère, je dois vaquer à mes occupations gastro-intestinales. Le traumatisme de ces dernières vingt-quatre heures a mis mes entrailles en révolution John Kennedy Toole Le Dico des citations ...

Les secrets étaient lourds à porter. Et combinés à la culpabilité, ils pouvaient détruire une personne.

Les secrets étaient lourds à porter. Et combinés à la culpabilité, ils pouvaient détruire une personne. Les secrets étaient lourds à porter. Et combinés à la culpabilité, ils pouvaient détruire une personne. Michael Hjorth Le Dico des citations Les nouvelles citations

Jean Diwo

Jean Diwo Son rôle de femme riche dans une ville décadente lui paraissait dérisoire. Il fallait qu’elle change à tout prix le cours de ce canal intérieur dont le courant nonchalant l’emportait vers une désespérante insignifiance.

Son rôle de femme riche dans une ville décadente lui paraissait dérisoire. Il fallait qu’elle change à tout prix le cours de ce canal intérieur dont le courant nonchalant l’emportait vers une désespérante insignifiance.

Son rôle de femme riche dans une ville décadente lui paraissait dérisoire. Il fallait qu’elle change à tout prix le cours de ce canal intérieur dont le courant nonchalant l’emportait vers une désespérante insignifiance. Son rôle de femme riche dans une ville décadente lui paraissait dérisoire. Il fallait qu’elle change à tout prix le cours ...

Elle disait aussi : Tu ne gagnes pas les disputes parce que tu as raison. Tu gagnes parce que tu argumentes mieux.

Elle disait aussi : Tu ne gagnes pas les disputes parce que tu as raison. Tu gagnes parce que tu argumentes mieux. Elle disait aussi : Tu ne gagnes pas les disputes parce que tu as raison. Tu gagnes parce que tu argumentes mieux. Robert Goolrick Le Dico des citations Les nouvelles citations

0n doit apprendre à écouter, et non seulement ses mots, mais son corps, sa vitesse, sa force, sa faiblesse et ses silences qui déséquilibrent on doit perdre un peu de soi pour se retrouver dans l’autre.

0n doit apprendre à écouter, et non seulement ses mots, mais son corps, sa vitesse, sa force, sa faiblesse et ses silences qui déséquilibrent on doit perdre un peu de soi pour se retrouver dans l’autre. 0n doit apprendre à écouter, et non seulement ses mots, mais son corps, sa vitesse, sa force, sa faiblesse ...

Tu sais que ce soir il y a un crime vert à commettre. Comme tu ne sais rien, mon pauvre ami. Ouvre cette porte toute grande, et dis-toi qu’il fait complètement nuit, que le jour est mort pour la dernière fois.

Tu sais que ce soir il y a un crime vert à commettre. Comme tu ne sais rien, mon pauvre ami. Ouvre cette porte toute grande, et dis-toi qu’il fait complètement nuit, que le jour est mort pour la dernière fois. Tu sais que ce soir il y a un crime vert à commettre. Comme ...

Changement de propos réjouit l’homme.

Changement de propos réjouit l’homme. Changement de propos réjouit l’homme. Proverbes Français

Quand la campagne de l’IRA a officiellement cessé, en février 1962, huit des nôtres avaient été tués, six policiers avaient trouvé la mort et seules nos rivières couraient libres.

Quand la campagne de l’IRA a officiellement cessé, en février 1962, huit des nôtres avaient été tués, six policiers avaient trouvé la mort et seules nos rivières couraient libres. Quand la campagne de l’IRA a officiellement cessé, en février 1962, huit des nôtres avaient été tués, six policiers avaient trouvé la mort et seules nos ...