Simone Veil

Simone Veil L’appartenance à la communauté juive était hautement revendiquée par mon père, non pour des raisons religieuses, mais culturelle.

J’ai choisi pour ma compagne de route cette Polly que j’exècre, ou plutôt elle m’a choisi pour compagnon. Je finirai par la tuer un jour. Cela, je le sais. Je la hais parce qu’elle est vigoureusement saine, et que je suis, moi, un fiévreux débile. Elle est plus hardie et plus solide qu’un mâle. Elle m’enverrait rouler à dix mètres d’une chiquenaude.

J’ai choisi pour ma compagne de route cette Polly que j’exècre, ou plutôt elle m’a choisi pour compagnon. Je finirai par la tuer un jour. Cela, je le sais. Je la hais parce qu’elle est vigoureusement saine, et que je suis, moi, un fiévreux débile. Elle est plus hardie et plus solide qu’un mâle. Elle ...

Ce que vous m’avez exposé est une parfaite histoire d’amour, une histoire d’amour esthétique, si j’ose dire, et le pire, dans toute histoire d’amour, c’est qu’elle vous laisse en fin de compte si peu amoureux.

Ce que vous m’avez exposé est une parfaite histoire d’amour, une histoire d’amour esthétique, si j’ose dire, et le pire, dans toute histoire d’amour, c’est qu’elle vous laisse en fin de compte si peu amoureux. Ce que vous m’avez exposé est une parfaite histoire d’amour, une histoire d’amour esthétique, si j’ose dire, et le pire, ...

Simone Veil – Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement (…). C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame.

Simone Veil – Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement (…). C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame. Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement (…). C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame.

Simone Veil – Quand j’entends qu’on ne peut être bon que si l’on croit en Dieu, je suis effarée.

Simone Veil – Quand j’entends qu’on ne peut être bon que si l’on croit en Dieu, je suis effarée. Quand j’entends qu’on ne peut être bon que si l’on croit en Dieu, je suis effarée.

Simone Veil – La religion, ça ne me dit rien.

Simone Veil – La religion, ça ne me dit rien. La religion, ça ne me dit rien.

Simone Veil – Maman était une femme exceptionnelle. C’est la personne qui a le plus compté dans ma vie, je n’ai jamais pu me résigner à sa disparition.

Simone Veil – Maman était une femme exceptionnelle. C’est la personne qui a le plus compté dans ma vie, je n’ai jamais pu me résigner à sa disparition. Maman était une femme exceptionnelle. C’est la personne qui a le plus compté dans ma vie, je n’ai jamais pu me résigner à sa disparition.

Simone Veil – On ne gâte jamais trop un enfant.

Simone Veil – On ne gâte jamais trop un enfant. On ne gâte jamais trop un enfant.

Simone Veil – Je suis toujours rebelle ! C’est presque un réflexe : quand on me dit quelque chose, immédiatement, j’ai envie de dire le contraire.

Simone Veil – Je suis toujours rebelle ! C’est presque un réflexe : quand on me dit quelque chose, immédiatement, j’ai envie de dire le contraire. Je suis toujours rebelle ! C’est presque un réflexe : quand on me dit quelque chose, immédiatement, j’ai envie de dire le contraire.

Simone Veil – C’est tout à fait extraordinaire qu’il ait fallu attendre Jacques Chirac pour que soit reconnue la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des juifs.

Simone Veil – C’est tout à fait extraordinaire qu’il ait fallu attendre Jacques Chirac pour que soit reconnue la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des juifs. C’est tout à fait extraordinaire qu’il ait fallu attendre Jacques Chirac pour que soit reconnue la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des juifs.