Aujourd’hui, notre société doit “tourner” vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Tout temps qui échappe au travail est un temps perdu. Dans une logique consumériste, il faut toujours que nous consommions plus d’objets, de loisirs. Par ailleurs, ce temps du deuil est aussi mal vu, car c’est une période de remémoration. On se souvient, on pense au mort, on fait des bilans. Tout cela vous place dans un registre métaphysique qui favorise la pensée et la vie, paradoxalement. Ce sont des moments intenses, rares, où il y a une connexion fructueuse entre l’émotion et la pensée. Quelqu’un qui est ému et qui pense en même temps est plus libre que la moyenne. Le temps du deuil est un temps subversif.

Aujourd’hui, notre société doit “tourner” vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Tout temps qui échappe au travail est un temps perdu. Dans une logique consumériste, il faut toujours que nous consommions plus d’objets, de loisirs. Par ailleurs, ce temps du deuil est aussi mal vu, car c’est une période de remémoration. On se souvient, on pense au ...

“faire son deuil” est un paradoxe absolu. Le deuil est par excellence un moment d’impuissance&amp ;#8201 ; : un événement réel nous percute et nous n’y pouvons rien. Or le verbe “faire” sous-entendrait qu’on pourrait y opposer un acte, une volonté, quelque chose… Malgré nous, nous avons toujours besoin de croire que nous pouvons agir devant un événement. Aussi révélatrice soit-elle, cette expression m’apparaît néanmoins inappropriée. Car il semble que, dans le deuil, tout le travail consiste plutôt à aller dans le sens de l’impuissance, de l’acceptation de la perte. Il s’agirait plutôt de “défaire son deuil”.

“faire son deuil” est un paradoxe absolu. Le deuil est par excellence un moment d’impuissance&amp ;#8201 ; : un événement réel nous percute et nous n’y pouvons rien. Or le verbe “faire” sous-entendrait qu’on pourrait y opposer un acte, une volonté, quelque chose… Malgré nous, nous avons toujours besoin de croire que nous pouvons agir ...

La douceur a cela en commun avec l’enfance qu’elle imprègne le passé sans laisser plus d’empreintes que la plupart des événements vécus. La douceur appartient à l’enfance, elle en est le nom secret.

La douceur a cela en commun avec l’enfance qu’elle imprègne le passé sans laisser plus d’empreintes que la plupart des événements vécus. La douceur appartient à l’enfance, elle en est le nom secret. La douceur a cela en commun avec l’enfance qu’elle imprègne le passé sans laisser plus d’empreintes que la plupart des événements vécus. ...

Charles Palissot de Montenoy

Charles Palissot de Montenoy C’est aux grands à calmer les troubles qu’ils font naître.

Faute confessée – Est à demi pardonnée.

Faute confessée – Est à demi pardonnée. Faute confessée – Est à demi pardonnée. Proverbes Français

Le printemps est venu, ma belle, C’est le mois des amants béni ; Et l’oiseau, satinant son aile, Dit des vers au rebord du nid.

Le printemps est venu, ma belle, C’est le mois des amants béni ; Et l’oiseau, satinant son aile, Dit des vers au rebord du nid. Le printemps est venu, ma belle, C’est le mois des amants béni ; Et l’oiseau, satinant son aile, Dit des vers au rebord du nid. Théophile Gautier Le Dico des ...

La difficulté en matière de principes, c’est pas d’en avoir, c’est de les garder.

La difficulté en matière de principes, c’est pas d’en avoir, c’est de les garder. La difficulté en matière de principes, c’est pas d’en avoir, c’est de les garder. Harry Crews Le Dico des citations Les nouvelles citations

Il n’y a pas plus grande joie que l’éclatement d’une solution à un problème.

Il n’y a pas plus grande joie que l’éclatement d’une solution à un problème. Il n’y a pas plus grande joie que l’éclatement d’une solution à un problème. Daniel Keyes Le Dico des citations Les nouvelles citations

Le cœur de l’homme renferme en puissance tous les crimes imaginables.

Le cœur de l’homme renferme en puissance tous les crimes imaginables. Le cœur de l’homme renferme en puissance tous les crimes imaginables. Harry Crews Le Dico des citations Les nouvelles citations

La fleur de l’âge est comme un fusil déchargé, elle tue à peu près aussi régulièrement que quoi que ce soit d’autres.

La fleur de l’âge est comme un fusil déchargé, elle tue à peu près aussi régulièrement que quoi que ce soit d’autres. La fleur de l’âge est comme un fusil déchargé, elle tue à peu près aussi régulièrement que quoi que ce soit d’autres. Harry Crews Le Dico des citations Les nouvelles citations