Alain Bashung

Ajouter un commentaire

Alain Bashung

La nuit je mens Je prends des trains à travers la plaine La nuit je mens Je m’en lave les mains J’ai dans les bottes des montagnes de questions Où subsiste encore ton écho Où subsiste encore ton écho.

Laisser une réponse