Gérard Philipe – Il doit bien exister au monde quelque chose, un lieu qui ne soit pas un rapport de force avec autrui ou soi-même. La tendresse, peut-être.

Ajouter un commentaire

Gérard Philipe – Il doit bien exister au monde quelque chose, un lieu qui ne soit pas un rapport de force avec autrui ou soi-même. La tendresse, peut-être. Il doit bien exister au monde quelque chose, un lieu qui ne soit pas un rapport de force avec autrui ou soi-même. La tendresse, peut-être.

Gérard Philipe – Je relis le Petit Prince. L’histoire de la rose et du renard, la rencontre du Petit Prince et de la mort sont des choses admirables et d’une tendresse presque insupportable.

Ajouter un commentaire

Gérard Philipe – Je relis le Petit Prince. L’histoire de la rose et du renard, la rencontre du Petit Prince et de la mort sont des choses admirables et d’une tendresse presque insupportable. Je relis le Petit Prince. L’histoire de la rose et du renard, la rencontre du Petit Prince et de la mort sont … Lire la suite­­

Roald Dahl – Quand vous serez grands et qu’à votre tour vous aurez des enfants, n’oubliez surtout pas cette chose capitale : ce n’est pas du tout rigolo d’avoir des parents trop sérieux.

Ajouter un commentaire

Roald Dahl – Quand vous serez grands et qu’à votre tour vous aurez des enfants, n’oubliez surtout pas cette chose capitale : ce n’est pas du tout rigolo d’avoir des parents trop sérieux. Quand vous serez grands et qu’à votre tour vous aurez des enfants, n’oubliez surtout pas cette chose capitale : ce n’est pas … Lire la suite­­

Roland Jaccard – Les autres sont « les femmes » […] elle est Louise. Elle est beaucoup plus qu’un mythe, elle est une présence magique, un fantôme réel … Peut-on concevoir la laideur, la religion, l’abstinence si on a jeté ne serait-ce qu’un regard sur ce

Ajouter un commentaire

Roland Jaccard – Les autres sont « les femmes » […] elle est Louise. Elle est beaucoup plus qu’un mythe, elle est une présence magique, un fantôme réel … Peut-on concevoir la laideur, la religion, l’abstinence si on a jeté ne serait-ce qu’un regard sur ce Les autres sont « les femmes » […] elle … Lire la suite­­

Philippe Gildas – Mon parcours est un condensé de contradictions mais je n’ai ni remords ni regrets. Le hasard m’a porté à chaque fois au bon croisement.

Ajouter un commentaire

Philippe Gildas – Mon parcours est un condensé de contradictions mais je n’ai ni remords ni regrets. Le hasard m’a porté à chaque fois au bon croisement. Mon parcours est un condensé de contradictions mais je n’ai ni remords ni regrets. Le hasard m’a porté à chaque fois au bon croisement.