C’étaient surtout les amis que Voltaire craignait. Chacun voulait être l’ami de l’homme illustre, non pas pour lui, mais pour soi. Aussi, la plupart du temps était-il compromis ou ridiculisé par ses amis ; alors il s’écriait avec ce désespoir comique que sa figure de singe rendait si bien : Seigneur, mon Dieu ! délivrez-moi de mes amis ; quant à mes ennemis, je m’en charge.

Ajouter un commentaire

C’étaient surtout les amis que Voltaire craignait. Chacun voulait être l’ami de l’homme illustre, non pas pour lui, mais pour soi. Aussi, la plupart du temps était-il compromis ou ridiculisé par ses amis ; alors il s’écriait avec ce désespoir comique que sa figure de singe rendait si bien : Seigneur, mon Dieu ! délivrez-moi de mes amis ; quant à mes ennemis, je m’en charge.

C’étaient surtout les amis que Voltaire craignait. Chacun voulait être l’ami de l’homme illustre, non pas pour lui, mais pour soi. Aussi, la plupart du temps était-il compromis ou ridiculisé par ses amis ; alors il s’écriait avec ce désespoir comique que sa figure de singe rendait si bien : Seigneur, mon Dieu ! délivrez-moi de mes amis ; quant à mes ennemis, je m’en charge. Alexandre Dumas

Le Dico des citations

Les nouvelles citations

Laisser une réponse